"Les pérégrinations d'un paria"

Bonjour, je m'appelle Laurent, et je suis voyageur, artiste-peintre, et photographe à l'occasion. Ici vous trouverez mon univers de découverte du monde, à travers mes propres périples ou à travers ceux des autres.


Les tours génoises

  • 1

Les tours génoises

Les « tours génoises » est une expression qui définit un ensemble de tours côtières disposé le long du littoral des anciens territoires de la République de Gênes. Nombreuses en Corse, elles se trouvent également, dans une moindre mesure, sur les côtes de l’île d’Elbe.

Le littoral corse est constellé de tours (en corse torre au pluriel ou bien torra au singulier ), devenues un des symboles de l’île. Bien que toutes ne soient pas d’origine génoise, on les appelle généralement « tours génoises », sans distinction. La construction de ces tours génoises est la conséquence de la prise de Constantinople par les Turcs en 1453 ; les Barbaresques commencent à razzier les côtes et le feront pendant trois siècles. Elle débuta au XVIe siècle à la demande des communautés villageoises pour se protéger des pirates. En 1530, la république de Gênes dépêche deux commissaires extraordinaires, Paolo Battista Calvo et Francesco Doria, pour inspecter les tours et fortifications chargées de défendre l’île des invasions barbaresques. En 1530 la Corse a 23 tours dont 10 au Cap. Dès 1531, l’édification de quatre-vingt-dix tours est décidée sur le littoral corse, dont trente-deux dans le Cap Corse. Les travaux commencent sous la supervision de deux nouveaux commissaires extraordinaires génois : Sebastiano Doria et Pietro Filippo Grimaldi Podio. Il s’agissait d’étendre à la Corse le système de vigilance déjà en vigueur sur le pourtour méditerranéen. Ces nids-de-pie placés en avant-poste prévenaient et défendaient des attaques des Barbaresques et de tous les dangers venant de la mer. En 1730 l’île a 120 tours dont 30 au Cap.

Aujourd’hui, sur les 85 tours dénombrées au début du XVIIIe siècle, 67 demeurent encore debout. Hormis les citadelles littorales de Bastia, Porto-Vecchio, Bonifacio, Ajaccio, Calvi, Algajola, Saint-Florent, et celles intérieures de Corte et Sartène, ce sont les seuls restes d’architecture militaire qui subsistent dans l’île.

La garnison d’une tour se constituait de deux à six hommes (les torregiani) recrutés parmi les habitants et payés sur les taxes locales. Ces gardiens devaient résider en permanence dans la tour. Ils ne pouvaient s’en éloigner que deux jours maximum, pour le ravitaillement et la paye, et un par un. Ils assuraient la vigie avec les feux et signaux réglementaires: ils montaient matin et soir sur la plate-forme, renseignaient navigateurs, bergers et laboureurs sur la sécurité, communiquaient par feux avec les tours les plus proches astucieusement positionnées à portée de vue, et surveillaient l’arrivée d’éventuels pirates. En cas d’alerte, le signal donné sur la terrasse au sommet de la tour, sous forme de fumée, de feu ou d’un son de culombu (grande conque marine), prévenait les environs de l’approche d’un navire hostile. S’ensuivait le repli général des bêtes et des gens vers l’intérieur. Les deux tours les plus proches s’allumaient alors et ainsi de suite, ce qui permettait de mettre toute l’île en alerte en quelques heures.

Certaines garnisons ont dû se défendre contre les envahisseurs, et on retrouve à leur base les restes des combattants. C’est ainsi que la fameuse tour de l’Osse (dont certains ont pu dire, sans preuve avérée et sous l’effet d’une étymologie fantaisiste, que son nom se doit aux ossements ensevelis à ses pieds).

Les tours étaient toujours insuffisamment armées. Elles servaient principalement de postes douaniers et d’amers. Les torregiani négligeaient souvent leur rôle militaire, pour se concentrer sur le contrôle du commerce maritime et la perception de diverses taxes. Ils pratiquaient aussi le négoce du bois et l’agriculture sur les terres environnantes.

Bien que les absences injustifiées soient interdites sous peine de galères ainsi que le remplacement par une personne autre que les gardiens titulaires, au fil du temps, certaines tours sont désertées par leurs gardiens. Elles se dégradent, tombent en ruines, ou sont détruites, faute de défense.

 

Autres articles relatifs


A propos de l'auteur

theoden

Laurent Sailla, Artiste-peintre. http://www.laurentsailla.fr

1 Commentaire

Avatar

laurent

7 septembre 2015 at 2:05

Pour le coup, ça c’est un grand « tour » de Corse !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Navigation